Faible croissance de l’économie due au ralentissement de la consommation


Selon les économistes du CPB (le Bureau Central de la Planification du Ministère de l’Economie chargé des analyses et des prévisions économiques), les Pays-Bas peuvent espérer une légère reprise à partir du second semestre 2013. Le CPB prévoit cependant toujours une baisse de 0,5% du PIB sur l’année 2013 (après un recul de 0,9% en 2012). L’économie ne reprendrait qu’en 2014 avec une croissance de 1% du PIB.

Le recul de la consommation et des dépenses intérieures est principalement à l’origine de ces chiffres. La croissance annoncée pour l’année 2014 serait essentiellement générée par l’augmentation du commerce extérieur.

Confiance mitigée et consommation en baisse
L’indice de confiance remonte légèrement en janvier (+4 points) et cette tendance semble se confirmer en février. Selon le CBS (le Bureau Central des Statistiques), les Néerlandais seraient un peu moins négatifs sur le climat économique des 12 prochains mois et sur leurs finances qu’ils ne l’étaient en décembre. Si leur disposition à acheter augmente elle aussi (+3 points), l’index n’en reste pas moins négatif (-20) et les Néerlandais restent toujours prudents au niveau de leurs dépenses et notamment lorsqu’il s’agit d’achats importants.

L’augmentation de la TVA (de 19% à 21 %) appliquée en octobre dernier semble jouer un rôle sur la consommation de biens durables mais aussi sur celle de biens non durables (telles que l’alimentation ou l’énergie). De même la stagnation du marché de l’immobilier et la baisse des retraites engendrée par des réformes du système des fonds de pension pèsent sur l’indice de confiance et sur la consommation.

La consommation des ménages connaîtra selon toute attente de nouveau une baisse de 1,5% en 2013 et ne devrait reprendre qu’en 2014 (+0,25% selon le CPB) grâce à une légère augmentation du revenu net.

L’inflation reste quant à elle une des trois plus fortes d’Europe. Elle est de 3,2% en février 2013. Selon les prévisions elle devrait graduellement baisser pour arriver à 2,6% fin 2013 et 1,4% en 2014.

Croissance du commerce extérieur
Les exportations apportent une note positive puisqu’elles sont toujours en hausse. Cette progression est certes moins forte qu’au précédent trimestre, mais fin 2012, on constate encore une augmentation de 5% du commerce vers l’extérieur par rapport à la même période en 2011.

L’exportation vers les pays de l’Union Européenne augmente fin 2012 autant que celle vers les pays en dehors de l’Union. Au trimestre précédent, c’était principalement le commerce vers les pays hors Union qui était en hausse.

Hausse du chômage
Le taux de chômage aux Pays-Bas reste encore l’un des plus faibles d’Europe et bien en deçà de la moyenne européenne. On compte 6% de chômeurs en janvier 2013 et le pays arrive ainsi en quatrième position dans la zone Euro après l’Autriche (4,9%), le Luxembourg et l’Allemagne (l’un et l’autre 5,3%). Le chômage connaît cependant une hausse régulière et pour le pays ce taux reste l’un des plus forts enregistrés.

Le déficit budgétaire des Pays-Bas enregistre une baisse de 0,7% par rapport à 2012. Cette baisse est due à l’annonce de mesures  de réductions des dépenses par le nouveau cabinet ministériel fin 2012 permettant ainsi d’économiser 16 milliards d’euros. Le déficit budgétaire reste cependant estimé à 3,3% en 2013 soit toujours au-dessus de la limite des 3% imposée par l’Union Européenne.

Si les Pays-Bas traversent encore une période difficile, certains indicateurs laissent espérer un rétablissement futur. Ainsi la reprise de l’économie mondiale en 2013 (même si celle-ci devrait être plus lente qu’initialement estimée) annoncée en janvier par le FMI devrait avoir un effet positif sur l’économie européenne et sur celle des Pays-Bas. Selon plusieurs économistes néerlandais, les Pays-Bas disposent des moyens de sortir de cette situation : une amélioration des finances de l’état et un fort taux d’activité comparé aux autres pays. Il est bien sûr encore prématuré de tirer des conclusions mais la légère hausse de l’index de confiance est déjà un premier signal. Deux sujets restent cependant prioritaires selon eux afin de rétablir la confiance des consommateurs : le marché de l’immobilier et la réforme des pensions.

Sources : Eurostat / CPB / CBS / FMI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s